Highland Park - Quelques jours chez les vikings !

person Posté par: Alexandre list Dans: DISTILLERY TOUR Sur: comment Commentaire: 0 favorite Frappé: 430

Vous avez reçu il y a peu, votre Box Whisky du mois de mars. On espère qu’elle vous a plu ! À l’interieur (pour ceux qui ne sont toujours pas abonnés) un Highland Park embouteillé par le prestigieux embouteilleur indépendant Gordon & MacPhail après avoir dormi plus de 8 ans dans d’anciens fûts de Bourbon pour une partie et dans des fûts de Sherry de seconde main pour le reste. Un mariage subtil laissant entrevoir à travers les fruits exotiques, une pointe de fumée de tourbe.

Un whisky qui nous a paru parfait pour comprendre cette distillerie aux airs viking mais à la peau douce. Pour comprendre d’avantage le mode de vie des Orcadiens, habitants des Orcades (Orkney en anglais), îles où se situe la distillerie Highland Park, nous complétons les échos du Malt par cet article retraçant nos pas sur cet archipel hors du temps. Du premier comte Viking des Orcades - Ragnavald Eysteinsson - à l’annexion à la couronne d’Ecosse en 1470, ce ne sont pas moins d’une vingtaine de générations vikings qui sont restées sur ces îles et lui ont données cette identité propre. 

Bon voyage !


J’ai pris le ferry samedi dernier pour me rendre dans les Orcades, un archipel subarctique du nord de l’Écosse situé à 16 km de la côte nord des Highland.

Skara Brae.jpg


Des îles du nord donc, pleines d’histoires, mêlant différentes origines. 

On y trouve notamment des constructions néolithiques datant d’environs 4 000 ans avant notre ère.

 

Les coutumes de l’époque peuvent paraître peu banales. En effet une tombe regroupant des crânes humains et des serres d’aigles (non, on ne parle pas d’Harry Potter) a été découverte en 1958 par un fermier local. Sa famille la possède encore et en a fait aujourd’hui un business florissant.On ne sait par contre toujours pas pourquoi les serres d'aigles se trouvaient là.

Autre fait historique marquant l'histoire des orcades : L’envahisseur Viking Norvégien arrive en masse sur les Orcades aux alentours du IXe siècle. Une arrivée due à l’importance de la croissance démographique scandinave qui oblige une partie de ce peuple à migrer vers les Shetlands et les Orcades.

Les vikings laisseront une trace de leur passage en christianisant notamment l’ensemble de la population.

 

En 1469, les Orcades sont cédées à l’Écosse. Elles font partie de la dot Marguerite de Danemark qui épouse le Roi Jacques III d’Écosse. Un changement de religion s'opère après la rupture avec les traditions latine poussée notamment par le réformateur John Knox en Écosse. Des célébrations protestantes sont depuis cette époque et aujourd'hui encore célébrées à l'intérieur de la cathédrale.

Au XXe siècle, après le torpillage d'un navire britannique par l'armée allemande Churchill fera des orcades un lieux de défense du Mainisland (l'île principale du UK) en construisant sur place deux digues pendant la 2ème guerre mondiale afin d'évité le passage maritime ennemi.

Ce sont les prisonniers italiens retenus sur l'archipel à ce moment là qui seront en charge de la construction de ces digues. 

Elles ne seront pas leurs seules oeuvres. En effet, ces prisonniers construiront également une petite chapelle à leur initiative afin de pouvoir pratiquer leur religion.

 

Aujourd'hui, si la place de la pêche s’est amoindrie (plus que 3,5% de la population active) en faveur de celle du tourisme, les Orcades restent un lieu d’exception pour amoureux de nature et les fins gastronomes.

 


Et le Whisky dans tout ça ?


 

C’est ainsi naturellement un des descendants Viking, Magnus Eunson, qui procéda à Kirkwall, aux premières distillations illicites de whisky à la fin du 18ème siècle, la distillerie Highland Park n’obtenant une licence légale qu’en 1826. La distillerie qui domine à la fois la ville de Kirkwall et la superbe baie du Scapa Flow produit l’un des meilleurs whiskies au monde.




La grande spécificité du whisky Highland Park c’est d’être produit sur un terroir bien particulier : celui des Orcades. Si une partie de l’orge utilisée (celle qui va être tourbée) est maltée sur place dans une des rares aires de maltage traditionnelle encore existante en Écosse, la tourbe utilisée lors du touraillage (le séchage du malt dans les bâtiments aux toits en pagode) provient directement des collines voisines, issue en grande partie de bruyère et de ses racines qui donnent ce goût si caractéristique de miel de bruyère au whisky (encore faut-il déjà avoir gouté du miel de bruyère pour s’en rendre compte… à quand un petit pot dans une de vos Box Whisky). 

En effet il n’y a pas d’arbre sur les Orcades et la fossilisation ne comprend que l’espèce de bruyère locale. Une absence d’arbre due aux conditions météorologiques régnant dans l’archipel : le vent pouvant souffler jusqu’à 100 Km/H. Les Orcadiens vous diront que " lorsque le vent s’arrête, tout le monde tombe par terre ". En tout cas, aucun de ces Golgoths Vikings ne tombera sous l’emprise du whisky, si ce n’est sous le charme d’un dram d’Highland Park !


Y a pas trop de vent, ça va !

 

 

Commentaires

Laisse ton commentaire

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre