Notre journée embouteillage à la distillerie ERGASTER !

person Posté par: Alexandre list Dans: DISTILLERY TOUR Sur: comment Commentaire: 0 favorite Frappé: 401

Il est 7h30 du matin, nous sommes début septembre et c’est avec un léger manque de sommeil mais non sans excitation que j’attends Philippe Gosmand, grand Collectionneur de Whisky, Place Dauphine.
Ce léger retard de sommeil est dû à une dégustation improvisée d’Armagnac proposée par un cousin chez qui j’ai passé la première nuit de ce séjour parisien.
Comment ne pas succomber à la tentation quand il a sorti de « derrière les fagots » un embouteillage exclusif qui arbore fièrement le nom de notre grand père paternel à côté du tampon « Cotisation Sécurité Sociale » disparu des étiquettes il y a belle lurette !



Quoiqu’un peu passé, ce Bas Armagnac est une belle occasion de refaire le monde et d’ouvrir un Dartigalongue millésimé 1976 (pas passé du tout celui-ci) pour les comparer… uniquement… promis !




Bref, tout ça ne vous dit pas pourquoi j’attends Place Dauphine, dans le coltard après cette nuit fort sympathique mais mouvementée.
Nous sommes le 4 septembre et nous partons Philippe et moi embouteiller notre premier Pure Malt chez ERGASTER en Picardie. Hervé Grangeon son fondateur nous attend à 9h pétante !  7h35 : Philippe arrive ! Il est à peu près aussi excité que moi à l’idée de la journée qui nous attend.

 

Après une petite heure et demie de route et de nombreuses discussions, toutes très orientées spiritueux, nous arrivons à Passel, dans la zone industrielle où se situe la distillerie ERGASTER, sous un temps que je qualifierai de « Picard » en espérant qu’Hervé ne nous lise pas… J
Un accueil en grande pompe ! Café, chocolat et petits gâteaux permettent de faire les présentations avant que nous nous attelions aux taches qui nous attendent.

Un petit tour de la distillerie s’impose avant de démarrer les hostilités. Je dis petit car ERGASTER est une distillerie à taille humaine. Tout l’appareil de production se situe dans la même pièce ainsi que les fûts en vieillissement. La chaleur due à l’évaporation réchauffe les corps tandis que l’odeur de cette part des anges elle, réchauffe les cœurs. La journée s’annonce plus que prometteuse !



Hervé Grangeon est ingénieur de formation et ça se voit ! Si tout est encore très artisanal, rien n’est laissé au hasard. Que ce soit dans la manière dont il pense et conçoit ses spiritueux ou dans la précision avec laquelle il gère son outil de production. Tout est minutieusement calculé.
Tout pour l’embouteillage a été préparé par Hervé avant notre arrivée. Il ne nous reste plus qu’à se mettre au travail !

préparation et avinage pour l'embouteillage d'un whisky


Première étape, l’« avinage ». Si ce mot désigne normalement le fait d’imbiber les barriques avant la mise en fût d’un vin ou d’un distillat, Hervé l’utilise pour décrire le processus qui consiste à nettoyer l’intérieur des bouteilles pour ôter la moindre particule de verre ou le corps étranger qui pourraient se trouver à l’intérieur de celle-ci et ainsi gâcher votre dégustation.
Une étape simple mais cruciale. La petite subtilité, ne pas rincer à l’eau. Cela pourrait ensuite réduire quelque peu la force alcoolique de votre spiritueux et changer ses caractéristiques organoleptiques. Hervé rince donc à l’aide de jus que nous nous apprêtions à embouteiller, d’où l’emprunt du nom « avinage ». Ce jus est ensuite filtré pour récupérer les déchets puis réutilisé pour la bouteille suivante. Attention, rien ne se perd !

Une fois rincé, place à l’embouteillage. Une étape cruciale. Il faut s’assurer que les tuyaux soient bien serrés pour ne pas perdre une goutte du précieux nectar et établir un étalon pour que les bouteilles soient remplies à hauteur de 35cl. Pas plus, pas moins. Comme je vous le disais tout est très artisanal.

 

préparation de l'embouteillage d'un whisky


À l’aide de quelques pipettes et d’une éprouvette graduée nous établissons notre étalon, puis nous nous lançons dans le remplissage des bouteilles en nous basant sur ce dernier.
Les bouteilles sont ensuite bouchées à la main et étiquetées à la main grâce à un outil élaboré par Hervé qui permet de coller les étiquettes droites.


Philippe Gosmand très appliqué lors de l'embouteillage


Enfin, avant de trouver place dans leur carton d’expédition, les bouteilles sont coiffées d’une capsule. Là encore la manière est assez artisanales. Le système D trouve toute sa place est ça nous a beaucoup plu même si Philippe, qui s’occupait de cette tâche, a fini avec l’index partiellement cramé !

 

Tout ne s’est pas fait d’un seul coup, je vous rassure. Pour notre plus grand plaisir Hervé a entrecoupé notre journée de petites dégustations, avec modération bien sûr. Nous avons eu la chance, entre autres, de déguster en avant-première les échantillons des fûts qui composeront le futur whisky ERGASTER. De vraies petites pépites !

dégustation de différents fûts de whisky ERGASTER


(Vous appréciez le travail d'Hervé ? Vous pouvez d'ores et déjà acheter son PURE MALT BIO N°004 ici !)


Hervé se pose encore la question de savoir s’il faut les assembler ou embouteiller un Whisky Single Cask, nous ne sommes pas dans le secret des dieux mais ce que nous pouvons vous assurer c’est que ça sera BON !

Vivement novembre pour la sortie de cette petite merveille !

 

Commentaires

Laisse ton commentaire

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre