Comment préparer une Burns Night digne de ce nom !

person Posté par: Alexandre list Dans: UN DOIGT D'ACTU Sur: comment Commentaire: 0 favorite Frappé: 388

QUOI ?? Vous ne savez pas ce qu’est la Burns Night ? Seriously ? Are you kidding ?
Bon Ok moi non plus je ne savais pas ce que c’était il y a un an… Mais cette année, je l’attends avec impatience !
La Burns Night est en quelque sorte la fête nationale non-officielle écossaise. Elle célèbre la naissance du fameux poète (pouet-pouet… ça va, on la connait) écossais Robert Burns (1759-1796). Un 25 janvier. Et chaque année depuis des lustres maintenant les écossais se réunissent ce soir-là autour du Burns Supper. Une soirée très traditionnelle, processionnelle et full of the best whisky.

Si vous aussi cette année vous voulez inviter vos amis et leur organiser un Burns Supper à faire pâlir tous les marquis de Sade (heu… d’Edimbourg pardon), voici quelques « tips » à ne surtout pas ignorer.

 

Connaissez-vous un autre poète pour lequel, un soir, une foultitude de gens, en jupe à carreaux qui plus est, se mettent à chanter en buvant du whisky. Aucun. Nous allons donc tous en cœur dire un grand merci à Robert Burns pour l’opportunité qu’il nous offre tous les 25 janvier.

Le premier Burns Supper a été organiser par quelques amis de Burns peu d’années après sa mort à l’âge de 37 ans. C’est devenu aujourd’hui un évènement planétaire qui s’est construit autour de rituels bien précis au fur et à mesure du temps. Une célébration qui aurait bien sûr été approuvées par Burns à condition qu’on puisse, à un moment donné, boire quelques dram de whisky.

Quid de votre première célébration pour bien commencer 2018 ? Pour les abonnés, vous trouverez des Burns Night Ticket pour pouvoir profiter de tarifs avantageux dans nos bars partenaires pendant cette soirée unique.
Si vous n’avez pas de bar partenaires à proximité de chez vous ou que malgré vous, vous n’êtes pas encore un Justin, un vrai, pourquoi ne pas inviter quelques amis pour cette soirée haute en couleur.
Pour ça nous vous donnons la liste des rituels à ne pas oublier pour un Burns Supper réussi ! On ne vous obligera pas à tous les faire mais bon… un rituel reste un rituel.

 

Désigner un maître de cérémonie :  Croyez-en ma courte expérience. Il est utile de nommer quelqu’un afin que la soirée se déroule dans les règles de l’art. C’est à dire avec modération et une introduction appropriée. De préférence choisissez quelqu’un qui porte bien le Kilt.

Préparer le Haggis : Difficile d’imaginer un Burns Supper sans le plat traditionnel écossais, servi comme veut la coutume, avec une purée de navet et de pomme de terre. Le haggis n’est rien d’autre que de la panse de brebis farcie aux abats, aux céréales et aux oignons. Si vous ne le sentez pas, on vous laisse imaginer quelque chose de plus simple et de plus délicat pour vos estomacs. Mais croyez-nous, le goûter c’est l’adopter.



Burns Supper 2017 chez mon hôte David à Aberfeldy

L’Ode au Haggis : Aucune grande et véritable Burns Night ne peut se poursuivre sans une belle et émouvante Ode au Haggis. On vous laisse choisir les mots tant qu’ils sont forts et passionnés.

Découper le Haggis au son des cornemuses : On a tous un copain qui joue de la cornemuse. C’est enfin l’occasion de l’inviter à diner. Pour les rares personnes qui n’ont pas ce genre d’ami, je sais qu’il y en a, c’est pas grave ; un enregistrement suffira. Mais n’oubliez pas d’être un peu plus sociable en 2018 pour qu’en 2019 tout se déroule selon l’usage.




Planifier quelques discours : Oui, on vous avait prévenu, c’est très processionnel. Pas de Burns Supper sans quelques mots de certains de vos convives en hommage à la vie et à l’œuvre du poète célébré. On vous laisse les choisir. Les convives, pas les mots… sinon y a plus de surprise.

Avant de commencer le repas : Verser quelques gouttes de whisky sur le haggis avant de le servir. Cela fera ressortir ses notes poivrées et épicées. Et si vous n’avez pas de haggis, ou si vous avez peur de le noyer, servez-vous un verre, c’est accepté.

Réciter de la poésie : Non, là non plus ce n’est pas une option. Alors certes, on ne vous demandera pas de réciter l’intégralité de l’œuvre de Burns. Mais quelques vers (v.e.r.s, vous avez bien lu) seront de mise si vous souhaitez pouvoir dire avec aplomb à vos collègues le lendemain : Hier soir je me suis fait une Burns Night de ouf. En plus nombreux sont les vers qui parlent de whisky !
On vous mâche (encore une fois) le travail en vous proposant les derniers vers de John Barleycorn (John Orges-maïs, le nom annonce la couleur) :

Twill make a man forget his woe;

Twill heighten all his joy;

Twill make the widow’s heart to sing,

Tho’ the tear were in her eye.’

Then let us toast John Barleycorn,

Each man a glass in hand;

And may his great posterity

Ne’er fail in old Scotland!

Si toi aussi la seule chose que tu as retenue (et comprise) c’est « Each man a glass in hand » lève le doigt…



De quoi boire : Quelques soit la tournure que prennent les évènements, vous avez besoin d’un bon whisky. Enfin de bons whiskies. Car oui, nous recommandons la chose suivante : à chaque étape son whisky. Mais attention, juste un doigt ! Et hop, un argument de plus pour vous abonner à la Box Whisky 6 mois.

Sláinte



Mots clés: Tradition Écosse Whisky

Commentaires

Laisse ton commentaire

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre